Première Assemblée de l’Observatoire Africain de la Sécurité Routière à Durban

Observatoire Africain de la Sécurité Routière

La 1ère Assemblée de l’Observatoire Africain de la Sécurité Routière s’est déroulée à Durban en Afrique du Sud du 30 Avril au 1er Juin 2019.

Observatoire Africain de la Sécurité Routière
Crédit photo: securouteafrica.org

Au cours de ces travaux, le Président en exercice de l’Observatoire, le Marocain M Benaser, a présenté l’historique de la création de cette instance jusqu’à son acte de création en 2018 à Marakech. Il a saisi l’opportunité pour présenter les perspectives et relever les défis qui attendent l’Observatoire.

Prenant la parole, le représentant de l’Union africaine a pour sa part exposé la charte Africaine de la Sécurité Routière et a insisté sur la nécessité de l’adhésion d’au moins 15 Etats pour que cet instrument entre en vigueur.

Observatoire Africain de la Sécurité Routière
Crédit photo: securouteafrica.org

La Fonds de la Banque Mondiale pour la Sécurité Routière a sensibilisé les participants sur les mécanismes de financements et les opportunités de mise en place des outils de collecte des données de Sécurité Routière.

Observatoire Africain de la Sécurité Routière
Crédit photo: securouteafrica.org

La Banque Africaine de Développement a rappelé le rôle joué par cette institution pour la promotion de la Sécurité Routière en Afrique et a annoncé la création de deux centre d’Excellence de la Sécurité Routière dont un à Yaoundé au Cameroun pour les pays d’expression françaises et l’autre à Johannesburg en Afrique du Sud pour les pays d’expression anglaises.

Le SSATP (Politique des Transports en Afrique Sub-Sahériennes) a rassuré les participants sur la disponibilité des ressources financières pour accompagner cette jeune institution.

Observatoire Africain de la Sécurité Routière
Missimikim Martial. Crédit photo: securouteafrica.org

Présent aux travaux, le président exécutif de SECUROUTE, M. Missimikim Martial, a exprimé le vœu de voir les Etats collecter les données qualitatifs et quantitatifs afin d’alimenter la base de données de l’Observatoire Africain de la Sécurité Routière. Réagissant à cette préoccupation, Dr Soabes a rassuré les participants en déclarant qu’un outil uniforme est en train d’être conçu pour les pays n’ayant pas un système de collecte des données des accidents de la route.

Observatoire Africain de la Sécurité Routière
Crédit photo: securouteafrica.org
Scroll to top