Intervenants des transports terrestres (Routier et Ferroviaire)

Cet article présente une liste non exhaustive des organisations qui interviennent dans la gestion, la régulation et l’exploitation des transports routiers et ferroviaires au Cameroun

MINTRANSPORT –  Ministère des Transports
Le Ministère des Transports intervient dans les secteurs du transport routier et du transport ferroviaire par l’entremise de deux principales fonctions :

– La Division des Transports Terrestres. Elle est chargée de conception, de l’élaboration et du suivi de la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de transport terrestre ; de l’élaboration et du suivi de l’application des programmes de formation à la conduite automobile ; de la conception et du suivi de la mise en œuvre du schéma national en matière de prévention et de sécurité en matière de transports terrestres ; du suivi des organismes et structures chargées des transports terrestres …

– Les services déconcentrés. Ils comprennent les Délégations Provinciales des Transports et les Délégations Départementales des Transports. Les délégations sont chargées de la supervision et de la coordination des activités de l’ensemble des services du Ministère des Transports respectivement dans chaque province et chaque département.

Les modalité de fonctionnement de la Division des Transports Terrestres et des Services Déconcentrés présentés dans ce site sont celles définies par le Décret présidentiel n°2005/173 du 26 mai 2005.

CNTR – Conseil National des Transports Routiers
Le Conseil National des Transports Routiers est régi par le Décret n°99-708-pm du 2 aout 1999 portant organisation et fonctionnement du conseil national des transports routiers.
Organe consultatif placé sous l’autorité du Ministre chargé des Transports, il est chargé de donné son avis sur toutes les questions intéressant l’organisation, le fonctionnement et la réglementation des transports routiers, ainsi que l’harmonisation des intérêts des transporteurs routiers avec ceux des professionnels des autres modes de transport public.A ce titre, il fait des propositions relatives :
–  à l’élaboration de la politique nationale en matière de transports routiers ainsi qu’à la programmation des investissements publics du secteur des transports routiers ;
–  à la coordination des actions internationales en matière de transports routiers ;
–  à la concertation entre les intervenants du secteur des transports routiers ;
–  aux études et aux programmes de formation nécessaires à une meilleure maîtrise de l’information et de l’expertise dans le secteur des transports routiers ;
–  à toute question dont il est saisi par le gouvernement.
CNSR – Comité National de Sécurité Routière
Le Comité National de Sécurité Routière est régi par le Décret n° 99/724/pm du 25 aout 1999 portant création du comité national de sécurité routière.
Placé sous l’autorité du Ministre chargé des Transports, ce Comité étudie et propose au Ministre toutes mesures susceptibles d’optimiser les actions de prévention et de sécurité routières.Il est chargé à ce titre :

  • de l’élaboration du plan national de prévention et de sécurité routière ;
  • de l’examen et de l’adoption du plan d’action annuel de prévention et de sécurité routières ;
  • de l’examen et de l’adoption du budget de la prévention et de la sécurité routière ;
  • de la mise en œuvre et du suivi de l’exécution du plan d’action de la prévention et de la sécurité routières ;
  • de la coordination des actions des différentes structures intervenant dans la prévention sécurité routières.
Fonds routier
Le Fonds routier du Cameroun a été créé par la loi n°96/07 du 08 avril 1996 portant protection du patrimoine national et est régit par Le décret N°2005/239 du 24 juin 2005 qui en fixe les modalités de fonctionnement. C’est un établissement public administratif (EPA). Il intervient dans le financement et le paiement direct aux entreprises privées des prestations réalisées dans le cadre des marchés passés après appel à concurrence. Ces prestations sont relatives aux Audits techniques, comptables et financiers ; Dépenses de prévention et de sécurité routière ; Dépenses d’entretien courant des installations fixes et mobiles nécessaires à la protection du domaine public routier ; Études routières ou géotechniques et contrôle des travaux ; Travaux d’entretien des voiries urbaines prioritaires ; Travaux d’entretien du réseau routier prioritaire interurbain classé ; Travaux d’entretien et d’équipements des routes rurales prioritaires.
Organismes de Péage routier
Toutes les dispositions du péage routier sont définies dans le Décret n° 98/013 du 28 janvier 1998 fixant les modalités du péage sur certains axes bitumes du réseau routier national
Le péage routier a pour principal objectif la collecte des fonds destinés principalement à l’entretien et à l’amélioration du réseau routier. C’est l’une des ressources financières du Fonds Routier du Cameroun.
Pesage routier
Le comité interministériel de suivi des opérations de pesage routier. Il a pour mission de suivre et de coordonner le déroulement des opérations de pesage routier sur le territoire national. Ses modalités de fonctionnement sont définies par l’Arrêté ministériel n° 048/CAB/PM du 03 novembre 1998
Le pesage routier est une opération technique destinée à contrôler la conformité des normes relatives au poids total autorisé en charge et à la charge à l’essieu, pour tout véhicule dont le poids total en charge est supérieur à 3,5 tonnes. Le but de cette opération est d’assurer la longévité des routes. Le pesage routier est effectué au niveau des stations de pesages fixes ou mobiles installées sur certains axes routiers. Les modalités de fonctionnement de ces stations sont décrites dans le Décret n° 99/37/CAB/PM du 20 janvier 1999.
Organismes de Visite technique
Tout véhicule en circulation est périodiquement soumis à un contrôle technique. Celui ci porte sur les éléments dont la défectuosité est susceptible de dégrader les infrastructures routières ou de porter atteinte à la sécurité des personnes, des biens et/ou de l’environnement. Les modalités de déroulement du contrôle technique sont fixées par l’Arrêté du Ministre chargé des transports n°011/A/MINT du 23 février 1998 portant réglementation de la visite technique des véhicules
BGFT – Bureau de Gestion du Fret Terrestre
Le Bureau de Gestion du Fret Terrestre Camerounais (BGFT), organisme créé par l’État par décision ministérielle. Son fonctionnement est régi par la décision n°001107/mint/dt du 26 août 1993 portant organisation du Bureau de Gestion du Fret Terrestre. La gestion du BGFT est confiée aux opérateurs privés sous la supervision d’un comité de gestion essentiellement privé.

Le Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT) a pour mission :

  • De collecter et d’afficher les offres et demandes de transport et de contrôler le mouvement terrestre et le suivi de la répartition intermodale et intra modale des marchandises ;
  • De veiller au respect des quotas de fret avec le Tchad et la République centrafricaine, pays limitrophes au Cameroun en liaison avec le Bureau National de Fret (BNF) Tchadien et le Bureau d’Affrètement Routier Centrafricain (BARC);
  • De l’émission et de la délivrance et la signature des documents obligatoires de transport : Lettre de Voiture internationale Obligatoire (LVO) et lettre de voiture intérieure dès lors qu’elle sera crées :
  • D’assister le ministère des transports pour la mise en œuvre des textes et instructions en vigueur se rapportant à la coordination rail-route et au transport terrestre des marchandises ;
  • De procéder périodiquement à l’étude des coûts d’exploitation des véhicules
  • De fixer un tarif minimum obligatoire et de publier périodiquement le barème indicatif des tarifs de transport de marchandises établis en accord avec les parties concernées par le Bureau de Gestion du Fret Terrestre
  • D’assister les pouvoir publics dans le cadre des négociations des commissions mixtes ;
  • De faciliter éventuellement la collecte des taxes et impôts afférents au transport pour le compte de l’état et des collectivités locales.
BARC – Bureau d’Affrètement Routier Centrafricain
Le Bureau d’Affrètement Routier Centrafricain (BARC), est une société d’économie mixte dont l’État centrafricain est actionnaire minoritaire ; le reste des actions se répartissent entre transporteurs et transitaires du même pays.

Le Bureau d’Affrètement Routier Centrafricain (BARC) a pour mission :

  • De collecter et d’afficher les offres et demandes de transport et de contrôler le mouvement terrestre et le suivi de la répartition intermodale et intra modale des marchandises ;
  • De veiller au respect des quotas de fret avec la République du Cameroun, en liaison avec le Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT) à Douala;
  • De l’émission et de la délivrance et la signature des documents obligatoires de transport : Lettre de Voiture internationale Obligatoire (LVO) pour toutes les opérations de transport routier de marchandises à destination du Cameroun ;
  • D’assister le ministère des transports Centrafricain pour la mise en œuvre des textes et instructions en vigueur se au transport terrestre international des marchandises ;
  • De procéder périodiquement à l’étude des coûts d’exploitation des véhicules ;
  • De fixer un tarif minimum obligatoire et de publier périodiquement le barème indicatif des tarifs de transport de marchandises établis en accord avec les parties concernées par le Bureau d’Affrètement Routier Centrafricain ;
  • D’assister les pouvoir publics dans le cadre des négociations des commissions mixtes ;
  • De faciliter éventuellement la collecte des taxes et impôts afférents au transport pour le compte de la République Centrafricaine.

Contact :
BARC – Bureau d’Affrètement Routier Centrafricain
BP 523 – Bangui, République Centrafricaine
Tel : (236) 61 20 55; Fax : 61 37 44; Télex 5336 RC

BNF – Bureau National de Fret
Le Bureau National de Fret (BNF, Tchad) Créé en 1989 comme un EPA (établissement public administratif), est placé sous la tutelle du Ministère des Transports de la République du Tchad.
Le Bureau National de Fret (BNF, Tchad) a pour mission :

  • De collecter et d’afficher les offres et demandes de transport et de contrôler le mouvement terrestre et le suivi de la répartition intermodale et intra modale des marchandises ;
  • De veiller au respect des quotas de fret avec la République du Cameroun, en liaison avec le Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT);
  • De l’émission et de la délivrance et la signature des documents obligatoires de transport : Lettre de Voiture internationale Obligatoire (LVO) pour toutes les opérations de transport routier de marchandises à destination du Cameroun ;
  • D’assister le ministère des transports Tchadien pour la mise en œuvre des textes et instructions en vigueur se rapportant au transport terrestre international des marchandises ;
  • De procéder périodiquement à l’étude des coûts d’exploitation des véhicules ;
  • De fixer un tarif minimum obligatoire et de publier périodiquement le barème indicatif des tarifs de transport de marchandises établis en accord avec les parties concernées par le Bureau National de Fret ;
  • D’assister les pouvoir publics Tchadiens dans le cadre des négociations des commissions mixtes ;
  • De faciliter éventuellement la collecte des taxes et impôts afférents au transport pour le compte de la République du Tchad.
Circonscriptions administratives : Communautés urbaines / préfectures / sous préfectures / / mairies/ chefferies
Les communautés urbaines ont des responsabilités élargies dans divers secteurs d’activités. Pour ce qui est des transports terrestres, elles interviennent dans :
– La Protection et Entretien du patrimoine routier (Routes, signalisation routière…)
– L’Organisation du trafic routier dans les centres urbains (gares routière voyageurs, gares routières de fret, Itinéraires particuliers pour certains type de transport notamment le transport de grumes, le transport de marchandises dangereuses, désertes vers les axes routiers interurbains, délivrance des licences aux exploitants de terminaux de transport…)Dans les petites villes notamment les communes rurales et les arrondissements où il n’y a pas de communauté urbaine, ces missions sont confiées aux représentations locales du Ministère de l’Administration Territoriale et de la décentralisation (sous préfecture, mairies, chefferies)
Les transporteurs et auxiliaires de transports terrestres
Voir les entreprises des transports terrestres dans l’annuaire.

L’entreprise de transport ferroviaire : Camrail

La Camrail (Cameroon Railways) est la compagnie de transport ferroviaire de la République du Cameroun.
La Camrail s’occupe du transport ferroviaire de personne et des marchandises entre les différentes gares voyageurs et gares de fret du Transcamerounais ; Elle se charge aussi du pré acheminement ou du post acheminement des marchandises pour le compte des industries camerounaises disposant d’un embranchement particulier les reliant au réseau national des chemins de fer. La plus grande activité de la Camrail provient cependant du transport ferroviaire des marchandises en transit vers ou en provenance de la république Centrafricaine et la République du TCHAD (Entre le Port autonome de Douala et les Gares de fret de Belabo et Ngaoundéré)

Les auxiliaires de transport ferroviaire

Ce sont les entreprises de manutention et les entreprises de groupage qui exerce leur activité en liaison avec les gares de fret de la compagnie ferroviaire nationale. On les retrouve dans les Villes de Douala, Belabo et Ngaoundéré qui se distinguent comme les principaux pôles d’expédition ou de transit du fret ferroviaire.

Les syndicats des transporteurs
Les syndicats sont des organisations professionnelles ou des associations qui regroupent des adhérents dont l’objet est de défendre leurs intérêts communs. On les retrouve par secteur :

  • Transport de déménagement,
  • Transport funéraire
  • Transport postal,
  • Transport urbain par taxi, minibus
  • Transport urbain par moto taxis
  • Transport interurbain de personnes
  • Transport de marchandises diverses
  • Transport de marchandises dangereuses

 

Scroll to top